le mont Pico, Açores
le mont Pico, Açores

       Eric Henseval est un architecte naval diplômé du WESTLAWN INSTITUTE OF MARINE TECHNOLOGY, Stamford, Connecticut, USA, ancien collaborateur du cabinet VAN PETEGHEM-LAURIOT-PREVOST (MVP-VLP), réputés leaders des multicoques de course et de croisière.


      Après avoir étudié en autodidacte l'architecture navale en parallèle avec son cursus scolaire et des études de droit, il intègre le Westlawn Institute et consolide intensément ses acquis. Il découvre l'architecture du motonautisme et étudie la vraie signification du métier d'architecte naval.

     Naviguant depuis son plus jeune âge sur le bateau familial, il découvre son attirance pour -l'entité bateau- et se cultive très tôt par la passion de l'observation de tout ce qui flotte. Parallèlement, le mariage avec la mer s'opère avec le goût de la navigation. Les innombrables tours de Bretagne, navigations espagnoles, anglaises et irlandaises, laissent naturellement place dès 17 ans à sa préparation du bateau familial (rush) pour la course au large avec plusieurs participations et succès à Nantes-Lisbonne.

      

       Dès lors, les convoyages et préparations de toutes sortes de bateaux s'enchaînent. Peu importe le type, la difficulté du parcours ou la saison, le marin se teste avec les qualités et défauts des bateaux et se prend d'affection pour le solitaire. Transatlantiques, découverte des Açores, Madère, Etats-Unis, Ecosse, en rapatriement de voiliers, du muscadet au Formule 40, en passant par le figaro, la mode n'a pas d'importance tant que l'on en sait plus sur les bateaux, et que l'on rencontre du concret. L'expérience se forge sur près de 30 000 milles sur une petite centaine de bateaux différents de course comme de croisière, et se solde de délicates aventures tel qu'un terrible naufrage en solitaire en 1996, une chute à l'eau , ou récemment les déboires d'une dangereuse voie d'eau..

     Bien que n'étant visiblement passionné que par les voiliers, il est contacté par Jérôme Croyère ( du dynamique chantier Ruban Bleu à Nantes) qui lui commande l'AS, un petit canot à passagers à propulsion électrique, et produit en série à près de 200 exemplaires. Le goût de la communication pour la création d'un bateau est donc validé par la commande d'un bateau atypique.
 
     Sur la même lancée, il collabore à la réalisation de navires de service, péniche acier, skiff en aluminium ultra motorisé pour la pêche à la senne.

     Plus tard, il collabore au sein du cabinet VAN PETEGHEM-LAURIOT-PREVOST (MVP-VLP) réputés leaders des multicoques de course et de croisière, où il travaille de grandes unités de luxe, avant de se consacrer 3 ans au sein de l'équipe d'Arradon à la conception des fantastiques multicoques 60 pieds ORMA, dont le FONCIA 2 d'Alain Gautier, Groupama, Belgacom...

 Le rôle de l'architecte naval 

"En rapport avec un particulier, le rôle de l'architecte naval est de synthétiser les idées du client pour les enrichir de ses compétences, de façon à les rendre applicables à la réalisation d'un bateau. C'est en fait d'abord un travail d'identification du rêve. La rédaction d'un cahier des charges par le futur propriétaire est primordiale de manière à délimiter le programme. En annexe, il est bon que le client y joigne une liste de ce qu'il souhaite, ne souhaite pas du tout, et ce sur quoi il hésite. Les bases sont donc posées pour composer ce qui sera un travail entre le client, le chantier, et l'architecte.

Il est primordial pour le client d'avoir conscience qu'il faut fixer une date décisive, celle de la fin des études préliminaires du bateau, où presque tout est prédéfini et cohérent. Là, le bateau existe déjà et l'élaboration des plans de fabrication peut alors intervenir. Moins on interviendra à modifier des plans de fabrication, plus on privilégiera un bateau bien construit, dans les temps, et en accord avec le cahier des charges . Le non respect de cette date conduit à des exès inutiles de frais supplémentaires . Un bateau n'est malheureusement jamais vraiment terminé... on peut choisir d'y réfléchir autant de temps qu'on le souhaite, mais il faut le préétablir! Cependant, il faut le souligner, certains changement d'avis sont évidemment réalisables pendant la fabrication dès lors qu'ils ne donnent pas lieu à grande modification. Une règle d'or au bon déroulement du process est que le projet doit rester à tout moment centralisé à l'architecte; l'initiative d'une modification, qu'elle provienne du client ou du chantier doit impérativement passer par lui, de manière à éviter toute incohérence. Le bon respect de ces règles permet surtout de respecter les devis."

" En rapport avec la grande production, le rôle de l'architecte naval est de s'adapter et de répondre avec maléabilité à une idée provenant du chantier, qui propose en amont un projet déjà entièrement cohérent. A lui de s'adapter, de concourir aux méthodes de production et de respecter les jalons imposés, en répondant de manière gagnante aux exigences réunies par les différents décideurs."

E.H.