SOURICEAU 4,75m

 un essai du Souriceau dans le numéro de mai 09 de Voile Magazine (dans sa rubrique 100 milles à bord).

merci à Bernard Rubinstein pour sa passion et son excellente compagnie.

       Voilà un bateau original dessiné spécialement pour une personnalité de la mer immergée de culture maritime, qui va retourner voir le Bleu.
       Nous avons tous entendu parlé de "microcruising" ( http://www.microcruising.com/ ), ou l'art d'aimer la simplicité
des petits bateaux néanmoins marins pour réaliser de grandes choses nautiques sur des petits ou grands parcours.
       C'est la formule la plus économique et la plus pratique de naviguer.

Souriceau est dessiné, ou pour le golfe du Morbihan, ou pour parcourir le Danube en toute autonomie, ou même pour rejoindre le groupe fermé des petits bateaux ayant franchis l'atlantique.

 

 

 

 

VIDEO DE PRESENTATION: 

par Eric Vibart de Voiles et Voiliers

 Il fait 4,75m de long, (environ la longueur flottaison d'un corsaire), et 2,20m de large,
 soit 30 cm de plus que le Corsaire que tout le monde connait.

Avec son franc-bord important, il a une habilité à comparer réellement
 à celle du Corsaire avec 2 vraie couchettes (2m de long et 650mm de hauteur mini au-dessus), un coin cuisine et une table à carte.

Voile Magazine janvier 2009
Voile Magazine janvier 2009


  Place donc à la construction amateur, "dans son garage", avec des fichiers de découpe du peu de pièces à assembler,
de ce bateau simple et flush-deck.

 CARACTERISTIQUES

 

Longueur hors tout : 5.00 m

Longueur coque: 4.75m

Longueur flottaison : 4.75 m

Bau maxi : 2,20 m

Tirant d'eau maxi : 1,35 m

Tirant d'eau mini : 0.57 m

QUILLE RETRACTABLE

2 COUCHETTES

Cuisine et table à carte

Barres franches intérieure et extérieure

Déplacement en ordre de marche : 530 kg

Lest : 140kg

Surface de voilure maxi au près : 18 m2

TRANSPORTABLE, incoulable

CONSTRUCTION contreplaqué époxy

 

 Sur le pont, le cockpit est dévolu au beau temps avec des bancs munis de panneaux solaires.
Sur un petit bateau, on se fait secouer et copieusement tremper.
 A bord de Souriceau, on tente d'y remédier efficacement:

Le poste de manoeuvre est essentiellement situé
au niveau du trou d'homme de descente ("à la Jester") http://www.jesterinfo.org
On y tient bien calé (au-dessus des reins) pour manoeuvrer sans lourds efforts d'équilibre.
Avec une jupe de kayak, on se passerait même de pantalon de ciré.

Côté performances, on a un bateau qui remonte au près comme un Corsaire,
et qui se révèle plus stable de route au portant.
Le bateau est échouable et bien-sûr transportable avec sa quille à bulbe rétractable
et ses 2 safrans protégés par de solides ailerons.
Il est aussi incoulable avec ses réserves de flottabilité.

trou d'homme avec capote rabattue et bulle tribord
trou d'homme avec capote rabattue et bulle tribord

   A l'intérieur, on barre à l'abri des embruns, grâce à une petite barre franche intérieure située sous le plancher de cockpit, où 2 vérins de pilote peuvent travailler à l'abri des intempéries.

C'est vraiment un atout du bateau que l'on a grand plaisir a utiliser.
   La visibilité est assurée par une bulle plexi placée sur chaque bord
à travers lesquelles on a une vue imprenable sur 360°,assis sur une
couchette et rehaussé d'un coussin, barre en main!

poste de barre interieure tribord avec son coussin
poste de barre interieure tribord avec son coussin

Les écoutes du solent autovireur et de la grand-voile sont retournées à portée de main du trou d'homme.

Le trou d'homme ( ou panneau de descente) est abrité par une capote
 à ouverture variable.

Cette capote fournit l'aération de l'habitacle en navigation, en plus du panneau ouvrant vertical de la cloison avant de cockpit, toujours abrité des embruns par une petite casquette.